Les stèles de l'itinéraire

L'itinéraire du Chemin de la Liberté, entre Saint-Girons (France) et Esterri d'Aneu (Espagne), est jalonné de nombreuses plaques, stèles et panneaux explicatifs, plusieurs monuments rappelant ces événements se situent sur l'ensemble du Couserans :

- Stèle sur le Pont de la Liberté à Saint-Girons, au point de départ des itinéraires d'évasions.

- Monument du Kercabanac inauguré en 1999 par le Secrétaire d'État aux Anciens Combattants à la mémoire des passeurs et des réseaux Wi-Wi et Combat.
"À la mémoire de tous les passeurs pyrénéens, de 1943 à 1944 par delà ces montagnes il fallait passer... Ils passèrent. Ceux du réseau franco-américains Wi-Wi de l'O.S.S. passèrent les renseignements. Ceux du réseau Combat de la ligne O'Leary passèrent les hommes."

-  Monument des Évadés de France à Aunac (Seix) ; stèle inaugurée en 1994 par le Préfet d'Ariège.
Point de passage des candidats à l'évasion : "Ils choisirent la périlleuse aventure du passage des Pyrénées pour l'honneur de servir."

- Stèle à la mémoire du passeur Louis Barrau (Col de l'Artigues, Sentenac d'Oust).

- Stèle à la mémoire des passeurs au Col de la Core (Sentenac d'Oust).

- Stèle située sur un chemin d'évasion portant l'inscription suivante :
"Lieu de mémoire en l'honneur des passeurs France-Espagne 1940-1944, des cantons de Castillon, Oust, Saint-Girons."

- Panneau explicatif du Chemin de la Liberté (Col de la Core).

- Stèle à la mémoire des passeurs de Montarna et d'Alos (Montarna). 

- Stèle de Montarna.

- Stèle de la cabane de la Subéra.

- Plaque à la mémoire de l'équipage britannique de l'Halifax qui s'est écrasé sur les pentes de Lampau.

- Plaque du Refuge des Estagnous rappelant le souvenir des combattants et des personnes qui empruntèrent cet itinéraire dans des conditions parfois dramatiques, afin de fuir le régime nazi et gagner un territoire libre pour reprendre la lutte.

- Stèle du Col de la Pale de la Claouère, passage de la frontière.

- Plaque de la Borda Del Petit, rive droite de la Noguera Pallaresa (base d'accueil des évadés en Espagne), pour rappeler qu'en ce lieu se transmettaient les renseignements entre passeurs français et espagnols pour être acheminés sur l'Angleterre pour les Forces Françaises Libres.

- Plaque du gymnase d'Esterri d'Aneu qui marque la fin de l'itinéraire de cette randonnée-souvenir sur le Chemin de la Liberté.